Accident vasculaire cérébral (AVC)    Démence    Dépression    Epilepsie    Maladie de Parkinson    Migraine    Schizophrénie  
  Sclérose en plaques    Troubles anxieux    Trouble bipolaire    Trouble panique    Troubles du sommeil  
 

Cartes supplémentaires du cerveau
    Prosencéphale
    Mésencéphale
    Rhombencéphale
    Moelle épinière
    Lobes
    Système lymbique
    Coupe frontale
    Système vasculaire cérébral

 

Trouble panique

Comorbidité

Les troubles psychiatriques associés au trouble panique (TP) sont des phobies simples (craintes intenses irrationnelles d'une situation ou d'un objet qui ne présente aucun danger, par ex. la photo d'un serpent, la claustrophobie) et la phobie sociale (crainte de se ridiculiser en public, ou simplement d'être observé par autrui). Dans les phobies simples, la panique se manifeste immédiatement avant, ou pendant, une situation redoutée ; tandis que dans la phobie sociale, la crise de panique survient uniquement lorsque le patient se sent observé par autrui, notamment lorsqu'il mange, marche ou s'exprime en public.

Parmi les autres troubles devant être pris en compte lors du diagnostic différentiel du TP, figurent la claustrophobie, la dépression sévère, les troubles dissociatifs, l'anxiété généralisée sans crises de panique, l'abus d'alcool ou d'autres drogues, y compris de stimulants (caféine, cocaïne, amphétamines), le sevrage et les crises épileptiques.

La coexistence fréquente de la dépression majeure et du trouble panique est un problème particulièrement sérieux, survenant chez 50 à 65 % des patients atteints de TP (Starcevic et al., 1993). Ces affections comorbides sont plus difficiles à reconnaître et à diagnostiquer, et plus difficiles à guérir qu'un trouble panique simple. La présence d'une dépression comorbide a pour effet d'aggraver les troubles, d'accroître le risque de suicide et de diminuer la chance d'un pronostic favorable (DeVane, 1997).

On compte également parmi les affections psychiatriques comorbides certains autres troubles anxieux comme le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), le trouble obsessionnel compulsif (TOC), le trouble d'anxiété sociale (TAS), ainsi que des troubles mentaux tels que le trouble bipolaire, les troubles dissociatifs, les troubles de l'alimentation ou les troubles complexes de la personnalité. Plusieurs de ces troubles peuvent nécessiter des traitements poussés.

L'abus de l'alcool et d'autres drogues constitue également une affection comorbide. Les taux élevés d'abus de substances sont généralement liés à des tentatives d'automédication destinées à tempérer les symptômes des crises de panique, ou l'anxiété due à leur anticipation. Toutefois, l'utilisation prolongée d'alcool, de marihuana, de cocaïne et d'autres drogues illégales peut induire, voire aggraver, les épisodes de panique. Le trouble panique accompagné de dépression et d'alcoolisme nécessite habituellement un traitement à long terme.

Les troubles médicaux qui surviennent le plus souvent chez les patients souffrant d'un trouble panique comprennent l'angine de poitrine, le côlon irritable, l'asthme et la migraine migraine. Ceux-ci peuvent affecter la planification du traitement et doivent souvent être traités en même temps que le TP car ils risquent d'affecter l'innocuité ou l'efficacité des traitements psychopharmacologiques du TP, comme également certains troubles cardiovasculaires, pulmonaires, gastro-intestinaux ou endocriniens, la grossesse et l'allaitement. Certaines affections comportant elles-mêmes des symptômes d'anxiété importants, notamment les troubles thyroïdiens, la polyglobulie, le lupus et l'insuffisance pulmonaire, risquent d'amplifier les symptômes de l'anxiété ; tandis que les affections nécessitant un traitement par des médicaments tels que des vasoconstricteurs, les bronchodilatateurs ou les stéroïdes, peuvent causer ou exacerber l'anxiété.

 

 

 

 

   Commentaires       Plan du site        Aide        Accueil        Comité de rédaction